À la surface de mon verre

A la surface de mon verre,

Dans un regard qui se dédouble,

L'oscillation d'un niveau trouble,

Où je retrouve mes repères.

 

Sur cette ligne de flottaison,

En grasses gouttes sur le bord,

Ses larmes coulent sans effort,

Un élixir dans son flacon.

 

Sur cette mer aux tons grenat,

Mon nez se glisse, s'insinue,

L'odeur boisée de ces vieux fûts,

Me plonge dans un tel émoi.

 

Premier contact entre mes lèvres,

douces effluves de barrique,

Ce goût de terre un peu tannique,

Je sens monter en moi la fièvre.

 

Tout en finesse quelques épices,

Restent en bouche, éveillent mes sens,

Mettent en veilleuse cette astringence,

Sa cuisse en fait n'est pas très lisse.

 

A la surface de ce verre vide,

Un reliquat juste bouchonné,

En commandant la même cuvée,

Je sens mon cœur qui trépide.